Quels sont les petits incidents que vous avez voulu garder pour le film ?

« Déjà, le départ d’Alger. On avait des places réservées sept mois à l’avance sur la traversée. Mais le problème c’est que la personne qui nous avait fait la réservation s’était trompée de date. Elle croyait qu’on partait en juillet et en fait, c’était en août ! On faisait nos autorisations de tournage et pour tourner au port, il fallait avoir une autorisation spéciale.

Sauf qu’on apprend, deux mois à l’avance, qu’il n’y a pas de navire ce jour-là ! On se dit OK, on partira le 1er septembre (le concert à Marseille avait lieu le 6 septembre). Mais on apprend alors que ce jour-là les bateaux ne fonctionnent pas. C’était vraiment compliqué même si à la fin, on les a fait monter quand même : il fallait négocier avec les gens pour qu’ils nous donnent leurs lits parce que vous ne pouvez pas laisser Bernaoui sur une chaise pendant 16h. Les changements de programme, c’était vraiment tous les jours. »

Dans le montage, qu’avez-vous dû retirer à grand regret ?

« D’abord, j’ai travaillé avec une grande monteuse, Françoise Bonnot. On a pris énormément de temps pour monter le film parce qu’on avait 180 heures de rushs et il fallait qu’on monte un film qui tienne debout ! Et comme je voulais raconter l’avant-guerre, l’après-guerre, etc, le chaâbi, les retrouvailles, les concerts. Françoise m’a dit : mais comment va-t’on rentrer tout ça dans un seul film ? C’était LE challenge ! Ce qui s’est passé, c’est que j’étais tous les jours au montage avec Françoise et j’ai appris plein de choses.

C’était rigolo parce que parfois, j’aimais tellement l’image mais il fallait faire un choix. Françoise me disait : allez, sors ! Tu ne peux pas faire le choix ! Je vais le faire à ta place.

Au montage, parfois, il faut dire non tout de suite.
Il y avait des choses qu’on a gardées et que j’avais l’idée de faire dès le départ comme le tournage à la synagogue, à la Mosquée ; d’autres idées venaient de Françoise, de son assistant Julien qui m’a aidé à faire les bandes-annonces du film et du concert.

Publicités